Bureaux, hôtels, restaurants… les nouveaux concepts qui bouleversent l’immobilier professionnel

Perspectives • 10 mars 2017
À l’occasion d’un événement Anaxago qui a accueilli une centaine de participants le 9 mars 2017 à Paris, plusieurs professionnels ont débattu des nouveaux concepts immobiliers. Encadrés par Eric Tréguier (Challenges), des acteurs historiques comme AccorHotels ou Bouygues Immobilier ont présenté leur stratégie pour rajeunir leurs offres, devant la nouvelle vague d’entrepreneurs comme WeWork, Big Mamma et Yooma venue présenter leurs innovations. Retrouvez ci-dessous l’enregistrement vidéo de cette rencontre ainsi qu’une sélection des meilleurs moments tweetés pendant la soirée.

Début des tables rondes à 24″50.

Souvent imposée par l’arrivée de nouveaux acteurs, la modernisation des géants de l’économie traditionnelle est souvent douloureuse. Dans le cas de l’hôtellerie, ce sont deux facteurs qui ont forcé les grands groupes à repenser leur stratégie. Si la France a conservé son titre de première destination touristique mondiale en 2016, les attentats de Paris et Nice ont tous deux provoqué une baisse de fréquentation de 6% chacun.

Quand on ajoute à cela la concurrence nouvelle des plateformes de location de courte durée comme Airbnb, les hôteliers français ont de quoi faire la grise mine. À titre d’exemple, le site californien affiche 55.000 lits à Paris, un chiffre colossal comparé aux 80.000 couchages proposés par les hôtels parisiens.

AccorHotels et les nouveaux concepts immobiliers

Face à ces menaces, les grands groupes n’ont pas tardé à répondre. Cédric Gobilliard dirige depuis début 2017 la branche Lifestyle du groupe AccorHotels qui rassemble les marques Jo & Joe, Mama Shelter et 25h hotels. Conscient du retard accumulé par son groupe, il dépeint un constat très lucide des besoins de nouvelles générations, ces millennials qui, jusqu’ici, ne venaient pas chez Accor : “Les clients veulent une nouvelle expérience, ils veulent des lieux de vie, pas uniquement une chambre.

Soucieux de jouer sur tous les tableaux, le groupe français a également fait l’acquisition en avril 2016 de OneFineStay, dont le bureau français est piloté par Arthur Schultz. Souvent considérée comme le “Airbnb du luxe”, la startup créée en 2009 loue des résidences de luxe couplées à des services d’hôtellerie de Londres à Los Angeles en passant par Paris, New York ou Miami. Une stratégie de diversification confirmée le mois dernier avec l’annonce du rachat de Travel Keys, un acteur historique de la location de villas de luxe.

De nouveau territoires d’expression

Mais au-delà des grands groupes, toute une génération d’hôteliers astucieux commence à explorer de nouveaux concepts immobiliers en repartant de zéro. Ces entrepreneurs d’un nouveau genre s’attaquent à des typologies de clients pour qui l’offre existante n’était pas adaptée. Cela donne des établissements d’un nouveau genre comme Yooma, un écosystème unique destiné aux familles et groupes d’amis voyageant dans les grandes villes. Lancé par Pierre Beckerich, le premier Yooma ouvrira à Paris sur la dalle Beaugrenelle fin mars 2017 avec notamment une école de cuisine et la plus grande exploitation agricole urbaine d’Europe sur le toit !

Dans la restauration également, le bonheur est dans la spécialisation. Victor Lugger, cofondateur des restaurants italiens Big Mamma avec Tigrane Seydoux, a, lui, fait le pari d’une gastronomie accessible pour réveiller un secteur morose. Le parti pris des jeunes dirigeants consiste à proposer une cuisine italienne généreuse, authentique, avec des produits livrés en direct pour un prix raisonnable. Passée de 2 à plus de 200 collaborateurs en 18 mois, l’entreprise compte aujourd’hui 6 adresses à Paris et devrait bientôt s’étendre à d’autres capitales européennes (Londres, Berlin, Barcelone, Milan…).

Le bureau de demain sera partagé

Dans la même logique, l’immobilier de bureau est lui aussi en pleine métamorphose. À l’image d’AccorHotels, Bouygues s’est lui aussi penché sur les nouveaux concepts immobiliers en vogue et en particulier le coworking. Le groupe français poursuit sa démarche de créateur de la ville de demain en créant NextDoor, une nouvelle génération d’espaces professionnels en milieu urbain. Avec cette nouvelle offre pilotée par Philippe Morel, Bouygues compte accompagner le développement des entreprises au sein du tissu économique local et ainsi répondre aux nouveaux besoins des salariés.

Et comment parler de coworking en 2017 sans évoquer le géant américain WeWork qui prépare actuellement son arrivée à Paris. Créée en 2010 à New York, l’entreprise a déjà convaincu Volkswagen, Google, Deloitte, ou encore BlaBlacar d’héberger une partie de ses salariés dans son nouvel immeuble qui proposera 11 000 m2 de bureaux partagés dans le 9e arrondissement. Fière des investissements réalisés pour réhabiliter cet immeuble, la filiale française dirigée par Séverin Naudet symbolise une nouvelle vision de l’espace de travail, conçu ”par ceux qui l’utilisent.

Une économie parallèle

Au-delà des promoteurs et exploitants, c’est toute une économie qui est entrain de se créer autour de ces nouveaux concepts immobiliers comme le coworking. De nombreux corps de métiers sont concernés, que ce soit pour l’entretien, l’équipement, mais aussi la décoration. Des professionnels comme Marianne Gosset se spécialisent déjà dans l’aménagement de ces grands espaces qui répondent à des besoins spécifiques. La fondatrice de The Socialite Family, historiquement spécialisé dans la décoration d’appartements pour les particuliers, qui a dernièrement habillé le tout nouvel espace The Bureau situé près du Pont de l’Alma.

De son côté, le site Bureaux À Partager permet d’optimiser les espaces non utilisés par les entreprises dans leurs propres bureaux. Son fondateur, Clément Alteresco, a décidé de transformer ces milliers de m2 en espaces de coworking. Un concept qui a trouvé preneur avec plus de 400 entreprises hébergées pour près de 3000 collaborateurs.

Que ce soit par l’originalité du design ou la qualité des prestations, ces nouveaux concepts immobiliers parviennent à augmenter la valeur perçue par l’utilisateur grâce à une identité forte tout en abaissant les coûts d’exploitation pour miser sur les volumes. Ces espaces de rencontre, mélanges des gens et des genres, s’affranchissent des codes du luxe, de la chaîne ou du low-cost. Dans l’objectif de proposer des prestations haut de gamme à des prix accessibles, ils créent des lieux hybrides, authentiques et conviviaux plus alignés avec les nouvelles habitudes de vie des populations urbaines.





Téléchargez le guide du crowdfunding immobilier





Commentaires

*  
*

Recevez nos prochains articles

Rejoignez les 2 000 pros de l'immobilier inscrits à la newsletter Anaxago Immobilier :

Rejoignez-nous sur Facebook

Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

Suivez-nous sur Twitter



*AVERTISSEMENT L’investissement dans des opérations immobilières non cotées présente des risques parmi lesquels : la perte partielle ou totale du capital investi, l’illiquidité, l’absence de valorisation après l’investissement ainsi que des risques spécifiques à l’activité du projet détaillés dans les notes d’opération mises à disposition dans l’onglet « document » des projets. L’investissement sur ANAXAGO doit être inscrit dans une démarche de constitution d’un portefeuille diversifié. Vous pourrez investir sur ANAXAGO une fois votre profil d’investisseur complété et validé par nos équipes. Pour lire l’avertissement complet sur les risques, CLIQUEZ ICI