La blockchain, une révolution pour le secteur immobilier ?

ActualitésPerspectives • 24 septembre 2018

La technologie blockchain investit progressivement tous les secteurs. L’immobilier n’est pas en reste et pourrait voir de nombreux métiers bouleversés en profondeur, aussi bien dans le domaine de la transaction que de la gestion immobilière.

Qu’est ce que la blockchain ?

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée et sans organe de contrôle. Techniquement, une blockchain constitue une base de données contenant l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée, c’est-à-dire qu’elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui donne la possibilité à chacun de vérifier la validité de la chaîne et surtout rend les enregistrements protégés contre la falsification.

La technologie blockchain faciliterait les transactions immobilières ?

Le secteur de l’immobilier fait partie des domaines qui peuvent et vont très certainement être transformés par la blockchain, notamment au niveau des transactions. Aujourd’hui, le processus de location ou d’achat d’un bien peut faire intervenir jusqu’à huit parties (assureurs, notaires, vendeurs, etc.). La technologie blockchain réduirait le volume de procédures bureaucratiques et d’intervenants dans l’acquisition ou la location d’une propriété, rendrait transparentes les informations relatives à la transaction et diminuerait le risque de fraude et les travaux de vérification d’expertise.

Certaines entreprises de l’immobilier utilisent déjà la technologie blockchain comme par exemple Propy qui travaillent avec le BitCoin ou encore BitFury.

A lire également, qui sont les nouvelles start up de l’immobilier  

Qu’est ce qu’un Smart Contract ?

Le Smart Contract est un contrat adossé aux blockchains et programmable à l’infini afin d’automatiser une transaction. Dans le cas d’une vente immobilière, le contrat est codé sur la blockchain et l’attestation de vente est remise au moment du paiement par l’acheteur. Grâce à la blockchain, cette preuve de vente ne risque pas d’être corrompue ou falsifiée.

 

La blockchain rendrait les immeubles intelligents ?

Les bâtiments impliquent la circulation de nombreuses informations (construction, entretien, consommation, données environnementales et météorologiques) ayant des origines diverses (capteurs, prestataires, occupants, open data), d’autant plus avec le développement et la généralisation des objets connectés.

On se retrouve donc dans une situation où la circulation des informations inclut une tierce personne, on parle alors d’asymétrie informationnelle. La blockchain est très utile dans ce contexte pour faciliter et sécuriser la circulation des informations en traçant les contributions et les interactions de chaque partie prenante au sein d’un bâtiment. D’un point de vue financier, la blockchain engendrerait des économies importantes sur la maintenance et les litiges mais aussi sur la mise en place de nouveaux services grâce à l’utilisation des données.

Utiliser la blockchain pour gérer un bien immobilier ?

Dans la gestion immobilière, le recours à la blockchain permet de réaliser des économies de temps et d’argent en fonction des différents cas de figures. Nous avons vu un peu plus haut que la blockchain facilite la location et la vente de biens immobiliers grâce à des transactions sécurisées et des données non falsifiables mais elle peut être appliquée à d’autres services, comme par exemple les vérifications cadastrales, l’investissement immobilier ou encore les locations de courte durée. Pour cette dernière application, la blockchain sera particulièrement intéressante puisqu’il ne sera plus nécessaire de passer par un tiers de confiance pour louer un bien le temps d’un été par exemple. Il sera désormais possible, via des plateformes décentralisées développées sur la blockchain, de faire une transaction de pair en pair sans intermédiaire et donc de bénéficier d’une importante réduction sur les frais de mise en relation.

Qu’est ce qu’une ICO ?

Enfin, la blockchain est amenée à bouleverser le secteur de l’immobilier pour une autre raison : le financement d’opérations immobilières. Depuis 2016, on compte plus de 2500 ICOs (pour Initial Coin Offering) effectuées dans le monde, preuve que cette pratique se démocratise. Il s’agit d’une méthode de levée de fonds avec un échange d’actifs numériques, appelés token, contre des crypto-monnaies afin de financer un projet. « Avec l’ICO, il est possible d’acheter des biens immobiliers et de rémunérer les personnes qui ont payé l’achat avec des versements réguliers de revenus. L’émetteur des tokens ne partage ni le capital, ni les droits de vote » explique Sébastien Horemans, président de H-Equities.

Le secteur de l’immobilier est l’un des composants les plus importants de l’économie mondiale et pourrait lui aussi être impacté par ce récent mode de levée de fonds avec une nouvelle forme de financement : l’asset-backed token, qui permettrait de protéger les clients contre les risques liés à la fluctuation des crypto-monnaies non garanties par des actifs traditionnels.

 

Anaxago immobilier


Commentaires

*  
*

Recevez nos prochains articles

Rejoignez les 2 000 pros de l'immobilier inscrits à la newsletter Anaxago Immobilier :

Rejoignez-nous sur Facebook

Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

Suivez-nous sur Twitter



*AVERTISSEMENT L’investissement dans des opérations immobilières non cotées présente des risques parmi lesquels : la perte partielle ou totale du capital investi, l’illiquidité, l’absence de valorisation après l’investissement ainsi que des risques spécifiques à l’activité du projet détaillés dans les notes d’opération mises à disposition dans l’onglet « document » des projets. L’investissement sur ANAXAGO doit être inscrit dans une démarche de constitution d’un portefeuille diversifié. Vous pourrez investir sur ANAXAGO une fois votre profil d’investisseur complété et validé par nos équipes. Pour lire l’avertissement complet sur les risques, CLIQUEZ ICI